+7(499)344-03-03
Inscrivez-Vous à une consultation
Tout le site
Inscrivez-Vous à une consultation
Oganes Edouard Dilanyan MD, PhD
Chirurgien-urologue-oncologue
+7(499)344-03-03

BLOGUE

Prix Nobel

Ce matin ce petit miracle m'a tendu les mains (j'aurais cru volontiers qu'un enfant de deux semaines pourrait tendre les mains de manière orientée) et a émis un nombre de sons ridicules. – Nous l'avons appelé Ivan! Et Votre nom aussi, si l'on le traduisait, il serait de même: Ivan? – Le père de l'enfant est heureux, il me tend prudemment cette enveloppe blanche avec un visage ridé et un nez presqu'invisible...
- Oui. Johan, Ivan, Oganes, John, Giovanni, Jean... – Je lui explique ému et je prends dans mes bras le résultat de mon travail. Et qu'est-ce que je vais en faire? Qu'est-ce qu'un docteur pourrait-il faire afin de ne pas paraître ridicule comme un lourdaud qui ne sait pas comment se comporter avec un enfant?
- Je veux que tu vives pendant plusieurs années, mon petit. Sois sain et heureux. – N'ayant pu me retenir, j'embrasse l'enfant sur l'endroit qui va devenir un front après. Je me maîtrise avec difficulté et je rends l'enfant à son père. Je ne sais pas pourquoi, mais je vois sa mère pleurer. Quand on dit «torrents de larmes» – ce n'est pas une métaphore.
- Docteur Dilanyan... Je Vous remercie... – Je vois dans ses yeux ce que personne n'aurait pu décrire.
- Hm... – Je rajuste mes lunettes d'un mouvement habituel, bien qu'elles soient bien à leur place. – Je Vous en prie! Continuez à avoir d'autres bébés!
Il y a un an et demi. Hiver. J'ai un couple sombre assis devant moi.
- C'est une de nos connaissances qui nous a conseillé de nous adresser à Vous, – mon Dieu, quel chagrin pourrait contenir un regard humain?
- Racontez-moi quel est Votre problème? Qu'est-ce qui Vous inquiète?
- Cela fait déjà 5 ans que nous essayons de concevoir un enfant... Je suis allée voir tous les médecins, sans aucune exception... Nous sommes déjà prêts à une FIV... Nous avons économisé de l'argent...
- Attendez. Quels médecins êtes-Vous allée voir? Quel est Votre diagnostic?
La dame sort un dossier épais.
- Voilà.
Il n'y a pas de sens de décrire ce qu'il y avait dedans. Gynécologues, spécialistes de reproduction renommés. Diagnostics, diagnostics... Disfonctionnement de tubes, kystes d'ovaires, infertilité dishormonale...  Jamais je n'ai aimé la gynécologie.
- D'accord. Comme je pourrais me permettre d'en juger, Vous-même, Vous n'avez aucun problème. En tout cas, pas de problème qui ne soit pas résolu. Vous avez été examinée par des médecins très intelligents. Et où sont les documents de Votre mari?
- Les-voilà. – Elle sort deux feuilles de papier: analyse d'IST et conclusion d'un urologue – aucun problème relevé.
- Où est le spermogramme?
- Là aussi, tout allait bien.
- Quand?
- Il y a 4 ans. Je n'en ai plus passé depuis.
- Et avez-Vous fait un examen sons?
- Oui. Aucune pathologie.
- Doppler des testicules?
- Non...
Je ne pourrais pas Vous décrire l'expression de leurs visages. On dirait que j'étais en train de leur dire ce que les médecins renommés leur avaient déjà dit. Oui, évidemment, je ne pourrais pas faire autre chose: j'étais l'un de leurs disciples.
- Ecoutez-moi... S'il Vous plaît. On doit tout examiner selon les règles établies. Un seul spermogramme ne signifie encore rien. Il faut qu'on Vous fasse une échographie doppler. Et aussi. Sachez bien... Il faut que Vous soyez de mon côté, entendu?
- Comment ça, de Votre côté?
- Ne vous désespérez pas. Ne laissez pas la maladie Vous rendre malheureux, – Il arrive parfois que les paroles banales aient une influence positive... – Allons-y, je vais Vous examiner, Anton. Et l'on va décider après.
Examen général – sans pathologie. Examen sono – tout va bien.
Doppler...
- Inspirez, faites un effort.
Standard. Varicocèle ordinaire. Gauche et droite.
- Alors. 4 jours sans rapports sexuels et allez faire un spermogramme. Et Vous venez à une consultation réitérée, – je me réjouis en pensant deviner les résultats du spermogramme, et ils sont de nouveau sombres.
- Combien Vous devons-nous? – Question sèche, officielle. Non, je ne leur ai pas pénétré dans l'âme... Ils ne croient déjà en rien.
- Anton... Marina... – D'un geste devenu déjà habituel, je m'enlève les lunettes et je m'essuie le visage. Les yeux sont fatigués, – Chers amis, il ne faut pas Vous faire enterrer plus tôt qu'il le faut, d'accord?
- D'accord... Alors, combien Vous devons-nous?
- Comme je ne Vous ai pas établi de diagnostic, comme je ne Vous ai prescrit aucun traitement, on ne parle d'aucun paiement, avant que Vous me présentiez les résultats du spermogramme.
- C'est dans Votre clinique que nous devrons faire cette analyse de sperme?
O, moi, je connais bien le sens de cette question. Oui, dans ma pratique, j'ai rencontré des analyses mal fondées et aussi je sais que tout se fait pour de l'argent. Y compris les analyses.
- Non. Allez les faire dans un de ces laboratoires. Ils sont indépendants et assez renommés. – J'en écris les noms.
- Vous n'allez pas nous donner une prescription?
- Non. De toute façon, Vous allez retenir le mot «spermogramme», et une fiche portant mon nom provoquerait des idées douteuses. Moi, ce n'est pas pour orienter les gens vers des laboratoires que je touche mon argent, – souris-je largement, comme si je venais de dire quelque chose de ridicule.
- D'accord, – me sourient-ils en réponse.
Alors, c'est ce que je disais. On n'a pas de mobilité de spermatozoïdes! Il n'y a que 7% de spermatozoïdes en mobilité! – ils ne comprennent pas pourquoi suis-je devenu aussi joyeux, – Anton, Vous allez avoir besoin d'une chirurgie!
- Comment ça? Et moi? – Marina se fait un visage triste, comme si je l'avais vexée.
- Moi, je ne suis pas gynécologue, Marina, mais je suppose que même un urologue pourrait conclure que s'il y a quelque chose qui ne va pas dans le sperme de Votre mari, Votre traitement n'aura aucun résultat!
- Et quelles sont les garanties?
- Aucune. Mais selon les statistiques – une FIV ne Vous aidera pas avec un tel sperme...
- D'accord...
Deux semaines plus tard.
Opération de Marmar. Une longue thérapie. Contrôle du spermogramme dans 3 mois – amélioration de l'état. Consultation d'un gynécologue, stimulation hormonale...
Quatre mois plus tard.
Coup de téléphone.
- JE SUIS ENCEINTE!!! – J'éloigne le téléphone de mon oreille, – JE SUIS ENCEINTE!!! JE SUIS ENCEINTE!!!
- Mais non, maman, moi je n'y suis pour rien. C'est ma patiente qui m'appelle.
- Mais tu n'es pas un gynéco, toi!
- Moi j'ai fait opérer son mari.
- Ahhh... Sinon je m'apprêtais à devenir grand-mère, moi.
Ce matin ce petit miracle m'a tendu les mains (j'aurais cru volontiers qu'un enfant de deux semaines pourrait tendre les mains de manière orientée) et a émis un nombre de sons ridicules...
Et après cela, y a-t-il quelqu'un qui puisse nier que c'était un Prix Nobel que je tenais dans mes bras??? Et?

BLOGUE

Dans les époques lointaines de son enfance, on dirait que le prince Dilanyan ne faisait pas partie de ce monde. Et à présent aussi... bien qu'il soit urologue, il n'a aucun rapport avec le métier. Alors, étant petit, il se laissait aller parfois par ce qui lui venait à l'esprit. Et lui, il pensait que comme nous vivons sur le corps de la Terre-mère, cette mère devrait normalement avoir quelqu'un qui serait le père. Laissons tout cela, on est partis dans la mauvaise direction, de nouveau. Bref, le petit Dilanyan croyait que cette Terre est un être très sale, car il y avait plusieurs autres êtres beaucoup plus petits qui étaient en train d'y vivre. 

Il faudrait noter que je suis quelqu'un qui est psychologiquement équilibré.
Mais, croyez-moi, parfois il nous arrive de tomber dans des situations qui nous pourrissent le cerveau.
C'était aujourd'hui. Je recevais des patients.
- Docteur Dilanyan, il y a une dame qui veut absolument Vous voir. Elle n'a pas de rendez-vous, mais elle dit que ce n'est que pour 5 minutes.
- Nous les connaissons bien, ces 5 minutes, – je me dis comme toujours, – d'accord, faites-la entrer.
Une dame entre. Elle est assez sympathique, elle aurait environ 50 ans.
- Bonjour, – dit-elle, – Docteur Dilanyan, chéri!

Prologue.
Examen d’anatomie.
-    Parlez-moi de la structure de l’organe de l’amour.
-    Le pénis – est un organe impair, compose de…
-    A nos jours, c’est le cœur qui est l’organe de l’amour, – a-t-il répondu le professeur.

Le professeur s'approche du patient, après avoir lavé les mains. Voulant regarder encore une fois la zone qu'il allait opérer, il s'est adressé à l'infirmière:
- Chérie, rajustez le pénis, s'il Vous plaît. Merci.
Il regarde le patient.
- Il ne marche pas. Du tout. Ni la nuit, ni lors je masturbe, je ne parle pas de rapports sexuels.
- Un homme âgé, avec une apparence assez solide, regarde Dilanyan, droit dans les yeux, avec un air triste, – il a l'air du péché mortel – de travers et courbé.